Archives mensuelles : mars 2017

Utiliser une validation de colonne pour valider le numéro de téléphone de vos contacts

Similairement à mon billet précédent, je vous propose une autre formule afin de valider le numéro de téléphone de vos contacts.

On peut ajouter une formule directement dans la colonne de type « Une seule ligne de texte » nommé « Téléphone mobile » :

Les fonctions utilisés dans la formule doivent être dans la même langue que votre site (Français dans ce cas) :

=SI(ESTVIDE([Téléphone mobile]);VRAI;
ET(
 ESTERREUR(TROUVE(";";[Téléphone mobile];1));
 ESTERREUR(TROUVE(".";[Téléphone mobile];1));
 ESTERREUR(TROUVE("p";[Téléphone mobile];1));
 ESTERREUR(TROUVE("#";[Téléphone mobile];1));
 ESTERREUR(TROUVE(",";[Téléphone mobile];1));
 ESTERREUR(TROUVE("(";[Téléphone mobile];1));
 ESTERREUR(TROUVE(")";[Téléphone mobile];1)))
)

La formule ci-haut n’est pas aussi restrictive qu’une expression régulière mais elle constitue tout de même un bon départ :

  • Ignore la validation si le champ est vide;
  • Ne doit pas contenir le caractère « ; »;
  • Ne doit pas contenir le caractère « . »;
  • Ne doit pas contenir le caractère « p »;
  • Ne doit pas contenir le caractère « # »;
  • Ne doit pas contenir le caractère « , »;
  • Ne doit pas contenir le caractère « ( »;
  • Ne doit pas contenir le caractère « ) »;

Par la suite, entrer le message d’erreur désiré et tester le tout :

ValidationTelephoneMsg

 

3 choses que chaque programmeur devrait savoir

Introduction

Dans mes tâches de tous les jours, je dois modifier régulièrement du code et bien évidemment il y a des cas où on se dit vraiment « WTF? ».  Dans ce billet, je vais vous présenter quelque points à considérer afin d’améliorer la qualité de votre code et ainsi réduire le nombre de WTFs/minute lorsque vos collègues vous relirons.

Un commentaire sur les commentaires!

Assurez-vous que vos commentaires clarifient votre code et qu’il ne le rende pas plus obscur. Ajouté uniquement des commentaires pertinents expliquant ce que le code est censé accomplir. Vos commentaires d’en-tête devraient donner à n’importe quel programmeur assez d’information pour utiliser votre code sans avoir à le lire, tandis que vos commentaires au niveau des lignes devraient aider le développeur suivant à le corriger ou à le modifier. Comme avec toute autre forme d’écriture, il y a une habileté à écrire de bons commentaires et une grande partie de la compétence consiste à savoir quand ne pas les écrire.

À éviter :

'Instancie un nouveau dataset
Dim ds As New System.Data.DataSet

'Retourne la liste
Return listXYZ

Ne pas ignorer les erreurs!

Ignorer une erreur n’est pas une stratégie gagnante pour avoir du code solide. En fait, c’est tout simplement de la paresse. Peu importe la probabilité que vous pensez qu’une erreur se retrouve dans votre code, vous devriez toujours la vérifier et toujours la retourner. Vous ne gagnez pas de temps si vous ne le faites pas. Vous conservez des problèmes potentiels pour l’avenir.

À éviter :

try {
    // ...do something...
}
catch (...) {} // ignore errors

N’ayez pas peur de briser des choses!

Tout le monde a sans aucun doute travaillé sur un projet où le code était de qualité douteuse. Le système est mal architecturé et changer une chose vient toujours en briser une autre. Chaque fois que quelqu’un doit ajouter un module, l’objectif est de changer le moins de chose possible et de se croiser les doigts que ça ne plante pas. Bref, c’est l’équivalent de jouer une partie de Jenga.

N’ayez pas peur du code. Investir le temps de refactoriser le code va se payer plusieurs fois au cours du cycle de vie de l’application. Un avantage supplémentaire est que l’expérience de votre équipe face au système vous rend un peu plus experts en sachant comment il devrait fonctionner. En plus, travailler sur un système que vous détestez n’est pas la façon dont tout le monde devrait avoir à passer leur temps.

Saviez-vous que Microsoft offre des licences gratuites d’Office 365 et de SharePoint serveur pour les OBNL qualifiés?

Oui vous avez bien lu des licences gratuites! Il faut bien évidemment que l’organisme soit qualifié. Pour être éligible à Office 365 pour les associations, l’organisme doit avoir un statut d’association reconnu dans votre pays et signer une stratégie de non-discrimination.

Il y a plus de 161 000 OSBL au Canada (2013). Environ 85 000 d’entre eux sont des organismes de bienfaisance enregistrés (reconnus par l’Agence du revenu du Canada). C’est au Québec qu’il existe le plus grand nombre d’organismes, soit 46 000 par rapport
à 161 000 au Canada, ce qui revient à 617 organismes par 100 000 habitants et à 29 % de
tous les organismes au Canada. Le secteur de la bienfaisance et sans but lucratif représente en moyenne 7,8 % du PIB du Canada, ce qui est supérieur à la contribution de l’industrie du commerce de détail et proche de celle du secteur des mines, de l’extraction de pétrole et de gaz.

Pourtant, plusieurs de ces organismes utilisent des méthodes de travail manuelles ou des technologies obsolètes. De plus, rare sont les compagnies qui accompagnent les associations pour améliorer leur productivité.

Le lien suivant est le point de départ pour toute demande de licences gratuites pour les associations :

Demarre.PNG

Microsoft est associé avec TechSoup pour vérifier l’admissibilité au programmes de don de produits Microsoft. Il faut donc que votre organisation dispose d’un jeton de validation TechSoup afin de se connecter et de participer.

Il existe plusieurs packages O365 pour les associations dont certains sont gratuits ou à tarif réduit.

Le package Office 365 E1 pour les associations est à mon avis le plus intéressant car il est gratuit, il offre la possibilité d’héberger un site intranet SharePoint et il possède un nombre illimité de licences utilisateur.

Plusieurs OBNL fonctionnent avec des technologies obsolètes et ils ignorent tout le potentiel qu’O365 pourrait leur apporter en terme de productivité. À quand les offres de service des compagnies informatique pour les OBNL utilisant O365 ?

Référence

Rapport OBNL Québec

Rapport Institut Mallet Canada

Afficher des tuiles comme résultats de recherche à l’aide d’un modèle d’affichage

J’ai récemment présenté une session intitulé « Construisez votre intranet avec Microsoft Office 365 sans code » dans laquelle j’ai expliqué comment faire une composante « Qui s’en occupe? ». Cette composante permet d’afficher le ou les répondants pour une activité précise dans l’organisation en utilisant une liste personnalisé, la recherche et un modèle d’affichage.

Cet article va donc détailler les différentes étapes pour construire votre propre composante avec des modèles de recherche dans Office 365 :

QuiSenOccupe1.PNG

Cas d’utilisation

L’utilisateur recherche un sujet selon la première lettre et ensuite il clique sur la tuile afin d’afficher le ou les répondants.

QuiSenOccupe2

QuiSenOccupe4

Comment réaliser cette composante ?

La première étape consiste à créer une liste personnalisé afin d’entreposer les différents sujets :

QuiSenOccupe5

Ensuite, dans les configuration du service de recherche, il suffit de lier la crawled property « ows_LinkTitle » avec une propriété géré « RefinableString » de votre choix. Puisqu’on ne peut pas créé de nouvelles propriétés dans le service de recherche d’O365, Microsoft en a créé suffisamment pour qu’on puisse les réutiliser. Par la suite, ajouter alias sur cette propriété afin de l’identifier et de l’utiliser plus tard dans la zone de recherche.

QuiSenOccupe3

Puis, dans la page de composants web part dans lequel on veut ajouter la composante « Qui s’en occupe? », on ajoute 2 web parts de type Éditeur de contenu.

Pour permettre l’affichage des filtres par lettres, la première aura un lien vers un fichier contenant ceci :

La deuxième web part aura un lien vers un fichier contenant ceci :

Comme vous avez pu le remarquer il y a une référence à un fichier CSS qu’il faut déposer dans Style Library et ensuite ajuster le chemin.

Ensuite, il faut ajouter deux web parts « Zone de recherche » et « Résultats de la recherche » et configurer la dernière avec cette requête (Ajuster au besoin selon le URL de votre site) :

QuiSenOccupe6

Finalement, il reste à télécharger le modèle d’affichage de tuiles dans la galerie des pages maîtres et à configurer le modèle dans la web part :

QuiSenOccupe7

URL : /sites/intranet/_catalogs/masterpage/Forms/AllItems.aspx –> Display Templates –> Search

Conclusion

Il est possible qu’il y ai un certain délais (jusqu’à 24h) avant que les modifications aux propriétés gérés soient prisent en compte dans O365. Malgré cela, il est possible d’arriver à un résultat visuellement intéressant et performant sans avoir à développer plusieurs jours dans Visual Studio.

Références

Modèle d’affichage de tuiles

Barre de filtre avec les lettres

 

 

Erreur lors de l’affichage de certaines images dans un site de publication utilisant le BlobCache

Récemment, on a diagnostiqué un problème d’affichage de certaines images dans une collection de site de publication d’une ferme SP2010. Ceci semble s’être produit suite à un changement au niveau de la sécurité du site. Après investigation, il s’est avéré que ce problème était relié au BlobCache qui était corrompu.

Diagnostic du problème

Lors de l’affichage de l’image dans une page, celle-ci ne s’affiche pas :

BlobCache1

Les métadonnées de l’image s’affichent correctement :

BlobCache3

Lors de l’accès direct à l’image, il y a un message d’erreur « Impossible de terminer cette opération » :

BlobCache2

Malheureusement, le message dans le ID de corrélation n’est pas d’une grande utilité.

On a ensuite trouvé cet article expliquant comment effectuer un flush du BlobCache par PowerShell et comment le faire manuellement.

Une tentative de flush par PowerShell n’a malheureusement pas fonctionné.

Ensuite, lorsque le BlobCache a été désactivé au niveau du Web.config, les images se sont misent à fonctionner à nouveau.

Par la suite, le BlobCache a été réactivé et un flush du BlobCache manuel a été effectué bien que ceci n’est pas recommandé ni supporté par Microsoft.

Voici la procédure :

  • Désactiver le BlobCache dans les fichiers web.config de chaque web application sur chaque serveur web;
  • Supprimer les dossiers BlobCache de chaque web application sur chaque serveur web;
  • Effectuer un IISRESET sur chaque serveur web;
  • Activer le BlobCache dans les fichiers web.config de chaque web application sur chaque serveur web;
  • Effectuer un IISRESET sur chaque serveur web.

Ensuite, l’image s’affiche correctement et le BlobCache se met à jour :

BlobCache4.png

Conclusion

Bien que ceci n’est pas supporté et recommandé, c’est la seule façon trouvé pour corriger le problème outre que de désactiver le BlobCache ou remonter une Web Application. De plus, des tests on été effectués dans un environnement d’acceptation afin de s’assurer que cela ne causait pas d’autres problèmes.

Avez-vous déjà été obligé de faire un flush manuel du BlobCache?

 

Fonctionnement du people picker avec les comptes de messagerie

Tout d’abord, d’un point de vue Active Directory, il y a deux types de compte qu’il faut différencier :

  • Un compte de messagerie
    • Ni plus ni moins qu’une boîte de courriel partagé;
    • Désactivé dans l’AD par défaut lors de la création;
    • Ne peut pas être utilisé pour accorder des autorisations.
  • Un groupe de sécurité
    • Activé dans l’AD par défaut lors de la création;
    • Peut être utilisé pour accorder des autorisation.

Scénario

Des utilisateurs souhaiteraient recevoir des notifications par courriel (alertes) directement dans la boite courriel d’un compte de messagerie lorsqu’un nouvel élément est ajouté à une liste. Il n’est pas souhaitable d’utiliser le groupe de sécurité car dans ce cas, chaque individu recevrait un courriel dans sa boîte courriel.

Solution

Le compte de messagerie n’est pas disponible dans le champ « People picker » car celui-ci est désactivé. Il faut donc activer le compte dans l’AD et attendre la synchronisation des profils avant de pouvoir l’utiliser.

Lorsque ce compte est activé et qu’on l’utilise dans une collection de site, SharePoint conserve une copie dans la liste d’informations utilisateurs caché de la collection de site.

Voici en résumé comment fonctionne le people picker :

The People Picker control is used to search/find and select groups (as well as people and claims).  Where does the picker control pull its display data from?  SharePoint first checks if the user exists in the site collection (hidden User Information List), if it does not then it retrieves the user info from Active Directory and adds the user into the site collection. 

Donc, une fois que le compte a été utilisé une première fois, on peut le désactiver et celui-ci continuera d’être disponible dans le people picker de cette collection de site. Par contre, si vous devez l’utiliser dans plusieurs collections de site, il serait préférable de le laisser activé. D’un point de vue licence, les administrateurs AD préfèrent limiter le nombre de compte actif.

 

Un tenant consolidé vs une conception multi-tenant par département dans O365?

Introduction

Pour les grandes organisations ayant de nombreux départements et/ou des organismes associés, le choix de conception de tenant peut avoir beaucoup d’impact à long terme. J’ai récemment eu à évaluer les différents scénarios possibles pour un organisme associé à mon organisation. Dans ce billet, je vais énoncer les principaux avantages et inconvénients de la conception multi-tenant par département en comparaison à ceux de la conception par tenant consolidé.

Définition

Tenant: Un tenant Office 365 est en quelque sorte un espace locatif dans lequel on retrouve plusieurs applications cloud, ex:  Exchange,  SharePoint Online et autres.

Tenant consolidé: Un seul tenant Office 365 pour l’ensemble de l’organisation.

Multi-tenant par département: Un tenant principal pour l’organisation et des tenants supplémentaires pour les autres départements et/ou organismes associés.

Tenant consolidétenantConsolidé

Source

 

Principaux avantages :

  • Gestion TI centralisé des licences;
  • Jusqu’à 900 domaines différents supportés;
  • Règles de gouvernance s’appliquent à l’ensemble du tenant;
  • Pas de limitation avec Exchange, OneDrive et Skype;
  • Pas d’impact avec la recherche et le magasin de termes SharePoint qui sont liés à un seul tenant;
  • Simplicité et coûts moindre au niveau de la synchronisation des comptes Active Directory pour un seul tenant.

Principaux inconvénients :

  • Flexibilité réduite au niveau de la gestion des licences pour les départements et organismes associés;
  • Pas de régionalisation des données.

Multi-tenant par département

multiTenant

Source

Principaux avantages :

  • Gestion TI décentralisé des licences;
  • Régionalisation des données;
  • Flexibilité au niveau de la gestion des licences pour les départements et organismes associés.

Principaux inconvénients :

  • Possibilité d’écarts par rapport aux règles de gouvernance entre les tenants;
  • Impossibilité de partager le même nom de domaine dans 2 tenants différents;
  • Nécessite un administrateur global par tenant;
  • Limitations avec Exchange, OneDrive et Skype;
  • Impact avec la recherche et le magasin de termes SharePoint qui sont liés à un seul tenant;
  • Complexité et coûts supplémentaires au niveau de la synchronisation des comptes Active Directory pour chaque tenant.

Conclusion

Un tenant consolidé semble être le meilleur choix global, sauf si vous avez besoin d’avoir vos données dans des régions spécifiques par département/organisme. Bien évidemment, ce n’est pas toujours noir ou blanc. Il faut prendre les besoins d’affaires de vos différents départements/organismes et mettre le tout en perspective avec la vision de votre organisation.

Références